dimanche 29 novembre 2009

Petit prince III


















On naît de mieux en pire,
Mais pas des larmes vers le rire.

Tu dis il faut renoncer, moi, j’essaye d’évoluer.
Tu sais, je me dis que personne ne détient la vérité.

(Petit prince aux larmes)

On vit de mieux en pire,
D’une existence qui nous déchire.

Tu crois me connaître, aucune authenticité,
Partie visible de l’iceberg, tu t’es échoué.

(Petit prince triste)

On n’est de mieux en pire,
Pour le prouver, sont là mes délires.

Tu n’as rien fait pour me sauver,
Tu m’as lâchement ignoré.

(Petit prince silence)

C’est pour ça que quand je ris, je fais semblant,
Et quand je pleure, ça part dans le vent.
Et quand je crie, je fais l’intéressant,
Et quand je m’ennuie, ça craint vraiment.

(Petit prince fier)

On naît de mieux en pire,
Je suis là pour te le dire.

Tu n’arriveras jamais à te rattraper,
Tu ne pourras jamais tes fautes réparer.

(Petit prince pleure)

On vit de mieux en pire,
Juste histoire de souffrir.

Tu n’as pas su m’aimer,
Le coeur en est brisé.

(Petit prince sauvage)

On n’est de mieux en pire,
On est là juste pour mourir.

Tu n’as su que de toi t’occuper,
Tu ne me connaîtras jamais.

(Petit prince cynique)

On comprend pourquoi quand je ris, je fais semblant,
Et quand je pleure, ça part dans le vent.
Et aussi pourquoi quand je crie, je fais l’intéressant,
Et quand je m’ennuie, ça craint vraiment.

(Petit prince à terre)

Voilà le dernier texte sur le Petit prince qui rerferme cette trilogie. Il annonce aussi la fin de ce blog, un an après la parution du recueil, en voilà la moitié révélé ici. J'espère qu'il vous aura donné envie de le lire, vos nombreuses visites en témoignes, plus de 6000 à ce jour!

J'écrirais les derniers articles dans les prochains jours. Mais comme le phoenix ce n'est pas une fin absolu puisque le blog continuera sur grismoire.blogspot.com et bouquetdamour.blogspot.com pour continuer à vous donner envie de me lire à travers mon nouveau recueil.

Comme dirait Muriel Robin : "Je pars et je reviens vous dire que je pars, c'est honnête, non? "